Pêche de rue fine et forte made in Dijon

Facebook Twitter Google+ Email

Dijon…

Capitale des Ducs de Bourgogne. Région connue dans le monde entier pour son vin et sa gastronomie.

Dijon est aussi une ville traversée par une rivière autrefois réputée : l’Ouche.

Mais c’était avant que ses berges ne soient endiguées il y a 50 ans ( comme la plupart des rivières du coin ), et avant que la pollution ne la rende louche…

l'Ouche à Dijon, une belle rivière où il fait bon pêcher et consommer son poisson...

l’Ouche à Dijon, une belle rivière où il fait bon pêcher et consommer son poisson…

L’Ouche à Dijon est classée en rivière de 1ère catégorie, mais des truites, il n’y en a pas ou quasiment plus. On trouve surtout beaucoup de poissons blancs ( chevesnes, carpes, grosses brèmes, gros barbeaux ) et une population presque complète de carnassiers provenant du Lac Kir en amont de la ville : brochets, sandres, perches et plus récemment même du petit silure…

La plupart des pêcheurs locaux Dijonnais sont des modèles de courage.

Ils n’hésitent pas à prélever dans la rivière un maximum de ces carnassiers, même juvéniles, pour faire de la place à une souche de truites qui n’existe plus… Leur sens du sacrifice est si prononcé qu’ils continuent à consommer leurs prises alors que de graves pollutions sont avérées et que le parcours est officiellement devenu: « no-kill ».

L’an prochain, peut-être bien que les analyses montreront un taux de PCB inférieur à la norme autorisée…

La société de pêche locale pourra alors déverser ses 2 tonnes de truites annuelles, comme autrefois, et la foire à la truite reprendra dans la joie et la bonne humeur. Ces mêmes pêcheurs dijonnais pourront être soulagés : leur empreinte carbone sera fortement réduite car ils n’auront plus besoin de prendre leur voiture pour aller pêcher les truites de cirque déversées en Tille ou en Seine ou je ne sais dans quelle pauvre rivière à plus de 5km de chez eux…

J’ai beaucoup appris en observant les pêcheurs de truite dijonnais.

Ca n’est pas dans les revues que l’on apprend ce genre de choses mais en restant assis silencieux au bord de l’eau à observer les pêcheurs.

J’étais au lycée, en internat à l’époque et je me souviens encore du jour où j’ai découvert que les truites dijonnaises avaient un faible pour le bovin hilare au teint rouge…

A Dijon on pêche la truite ! Maintenant je sais pourquoi la Vache Qui Rit rit...

A Dijon on pêche la truite ! Maintenant je sais pourquoi la Vache Qui Rit rit…

Depuis ce jour là je suis toujours envahi d’une émotion particulière  quand je me rends sur le parcours de pêche de l’Ouche au plein coeur de Dijon…

Je m’y rends peut-être au moins 5 fois dans l’année ( coups du soir compris ) mais seulement à la belle saison quand les chevesnes sont actifs et peuvent être pêchés à vue, à la mouche ou au leurre. Le parcours est varié. On alterne les fosses, les courants et les lisses. J’aime y flâner après le boulot certains soirs d’été avec une petite canne UL à la main et juste quelques leurres pour faire la cueillette de ce qui traine, prendre la température, faire l’inventaire de ce qui peut bien rester sans se poser de questions… Les petits leurres utilisés ne sélectionnent rien et comme je prends tout ce qui vient, ça me convient. Quand l’ami D’jo est venu à Dijon cet été, c’est dans cet esprit dilettante que je lui ai proposé d’aller pêcher l’Ouche dans Dijon. Et c’était bien sympa…

On a même fait quelques truites,  fraichement déversées dans le plus grand secret, mais fait notable, celles-ci avaient quelque chose qui ressemblait à des nageoires !!

15 jours plus tard j’ai croisé un type au sac à dos bien chargé, très content de me dire qu’il avait fait un carton de truite… Ca, c’est vraiment l’Ouche…

écrit par Jérôme

Passionné d'eaux vives et de salmonidés, j'aime particulièrement pêcher les ruisseaux à l'ultra-léger. De temps à autres je recherche les carnassiers, du bord, en lac ou petite rivière...

Articles similaires :

2 réponses à "Pêche de rue fine et forte made in Dijon"

  1. Dominique says:

    Et oui… l’Ouche, tout un poème (hélas…). Quoique, en y reflechissant, prend n’importe quelle rivière de 1ere traversant une ville un tant soit peu importante et tu pourras transposer ton récit en changeant juste le nom de la rivière et des habitants…

    J’y ai fait mes premières armes au début des années… 80 (ca ne nous rajeunit pas…) et ton constat était déjà applicable, si ce n’est que les PCB, connaissait pas. C’était l’époque où la moutarde était encore de Dijon (l’Ouche longeait alors l’usine Amora, d’après tes photos tu dois connaître le site. On y prenait foultitude de vairons, chevesnes, blancs… plus aval on y croisait souvent de grosses, très grosses carpes, et bien sûr, chaque début mars, c’était la grande fiesta de l’Arc en Ciel, du Lac Kir à la Rampe de Bré… Minot, pour nous, c’était la fête : on partait à 5 ou 6, avec les espoirs les plus fous. Qui aurait pu nous dire qu’on pratiquait le Street Fishing 30 ans avant que ca n’apparaisse ? On était des précurseurs sans le savoir… ou alors le street a toujours existé mais on ne le savait pas. Avec l’âge et l’experience, l’Ouche me parait avoir perdu de sa magie, et le PCB est apparu (il y’était déjà mais on ne le savait pas non plus… décidément, on ne nous dit pas tout !). J’y retourne des fois, avec une pointe de nostalgie, laissant aux pêcheurs dijonnais la joie de faire l’ouverture… dans le canal de bourgogne alleviné en salmonidés pour l’occasion.

    Répondre
    • Jérôme says:

      Merci Dominique. Ca fait plaisir de voir que je ne suis pas le seul à penser ça !… Je dois dire que j’ai aussi croisé un pêcheur, dans les 45-50 ans, pêchant à la cuillère et en cuissardes mais sans musette ni sac d’aucune sorte. Il y a aussi de bonne surprises et tous les pêcheurs Dijonnais ne sont pas à mettre dans le même sac, évidemment c’est avec le brin de provocation nécessaire que j’ai écris cet article.

      N’hésites pas à me faire signe si tu passes dans le coin.

      Répondre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Facebook Twitter Google+ Email
Sitemap