Le Préleveur raisonné et le Muskynongé

Le Préleveur raisonné et le Muskynongé

Arriver à toucher du doigt un grand poisson reste toujours un moment d’exception dans notre passion, surtout lorsque l’on pêche des biotopes en pleine dégradation et des cheptels qui font leur possible pour se maintenir, un pêcheur Français assidu a quand même bien du mérite… il faut lui reconnaître au moins cela.

La bonne rencontre

C’était une fin d’après midi de juin, la bête avait succombé à un de nos leurres au détour d’un herbier, attaque violente, combat musclé, chandelles… Et le guerrier rendit les armes dans l’épuisette de grande taille, portant encore les stigmates d’anciens combats gagnés avec son filet tout déchiré… Essoufflé de son vaillant combat et asphyxié par cet air si brûlant pour ses branchies,  ce roi des eaux troubles retrouvait rapidement son domaine de chasse. Quelques jours de repos dans un herbier lui seraient alors nécessaire afin de se remettre de ce magnifique combat.

L’été qui a suivit, ce poisson a rempli nos conversations et nos histoires de pêche. Sa tête, son regard et sa morphologie étaient étrangement différents. Bien souvent, les grands brochets ont un regard assez « vide » mais celui-ci avait un regard , une attitude différente, du genre qui vous fixe et vous dévisage… Ce brochet avait la particularité d’installer une ambiance spéciale sur le bateau uniquement du fait de sa présence. Sa robe, particulièrement sombre pour le biotope, laissait à penser qu’il incarnait lui plus que les autres, le mal, la mort…

Et que dire de sa mâchoire, de son corps musclé et fuselé… et de cette caudale exceptionnelle qui n’a rien de commun avec Esox Lucius et qui rappelle davantage un Esox Masquinongy, on comprend assez simplement pourquoi le brochet a très peu évolué en plusieurs millions d’années, la nature a créé en lui le prédateur parfait… le Waterwolf !

La caudale pas banale

En deux temps

Quelques mois plus tard, en ce début Octobre, la pêche est plus que difficile mais nous savons que quelques fenêtres d’activité en pleine journée pourraient être propices à réussir notre session. C’est au mental que nous toucherons un grand poisson en fin de matinée ensoleillée, touche très puissante et combat musclé mais bien maîtrisé sur du matériel adapté, le poisson est en surface, et c’est bien lui… Il n’a pas vraiment changé, fidèle à lui même, il nous dévisage de son regard toujours aussi rempli de méchanceté, féroce…

Nous prenons tout de même la peine de le mesurer pour constater qu’il n’a guère grandit depuis sa première capture avérée, peut être l’avons  nous déjà pris plus jeune ?  (les archives ne donneront rien…) Son état physique semble lui s’être dégradé, sa masse graisseuse ne semble pas à son avantage à la porte de l’hiver… Nous le décrochons avec grandes précautions en découpant tous nos hameçons à la pince coupante puis nous le relâchons assez vite car il saigne légèrement.

Une épuisette de grande taille est indispensable pour relâcher ce genre de poisson correctement

Les mains humant l’odeur forte du mucus de maître Esox, le cœur battant encore la chamade, au moment où il nous salut de sa caudale de « Masky » (prononcé à la québécoise), nous réalisons que c’est peut être la dernière fois que nous le voyons, que la pratique réfléchie du Catch and Release nous a permis de le reprendre mais qu’elle ne le permettra pas éternellement, ce ne sont pas des objets mais bien des êtres vivants, fragiles comme peut l’être la vie. C’est ainsi avec beaucoup de respect et un peu gênés que nous lui rendons à nouveau sa liberté en le remerciant.

L’hiver qui suivra sera d’une extrême rigueur et pendant que nous nous délectons, semaines après semaines, des photos de ce guerrier au coin du feu, nous pensons à lui…. S’il est encore en vie, il doit maintenant lutter pendant plusieurs mois, contre une crue interminable. Mais en toute honnêteté nous n’y croyons pas vraiment, pour nous ce deuxième combat lui a été fatal…

Esox Lucius semble descendre d’Esox Lepidotus dont on a retrouvé des traces il y a 20 millions d’années. L’espèce semble avoir très peu évolué, preuve que notre brochet a toujours régné en maître dans son habitat.

Le tiercé gagnant

Huit mois plus tard (et quelques brochets entre temps), nous aurons à nouveau la chance de le reprendre. Apparemment il a su profiter des concentrations de poissons fourrages dans les amortis car il a nettement pris du poids et nous le trouvons encore plus méchant et agressif que les deux premières fois. Ces retrouvailles post-hivernales avec ce poisson resteront à jamais un grand moment de ma courte vie de pêcheur et nous montrent à quel point ces animaux ont du mérite de survivre et de se reproduire avec les conditions que nous leur imposons…

Nous le plaçons sur la règle plastique qui contribue à la préservation de son mucus mais le poisson est encore en forme et assez instable. Nous devons replacer sa tête sur la règle et c’est alors que je vois ses yeux suivre ma main, son corps s’élancer telle une anguille et me happer la paluche dans sa gueule pleine de dents cassées. Un hurlement de douleur, de peur… et le brochet retombe quelques centimètres plus bas sur la règle de mesure, il y a du sang humain un peu partout sur le bateau, justice a été rendue…

Nous avons pris quelques centaines de brochets et je dois bien avouer que c’est la première fois que je me fais attaquer sciemment par un brochet, qui plus est à l’air libre, ce sujet est vraiment exceptionnel… non seulement de part sa morphologie mais aussi de part son comportement. Ce poisson s’est donné une image de ce que pourrait être l’homme pour lui et contrairement aux autres, lui n’en a plus peur et n’éprouve plus le stress habituel de ses congénères. Il semble sûr de sa force même après un combat, même avec des hameçons figés dans la gueule, même extirpé de son élément… il force l’admiration.

Tel un méchant de dessin animé, sa robe désaturée lui allait comme un gant

Cette fois-ci, en plus d’avoir pris du poids,  il a également grandit légèrement et comme il est piqué juste au bord de la gueule, le release, après une bonne phase de ré-oxygénation, s’effectue sans aucun problème et nous fantasmons à l’idée de le reprendre une quatrième fois.

Ce poisson devient alors un mythe, une erreur et une exception de la nature à la fois que nous sommes obligés de cacher afin de le préserver. Il en devient même la pierre angulaire de ma passion, celui qui m’a apporté le plus d’émotions, de surprises et d’informations sur cette espèce. De part nos captures, il me lie à jamais avec mon compagnon de pêche, nous avons partagé tous les deux un poisson d’exception.

La mauvaise rencontre

Et puis notre fantasme s’est réalisé, l’automne dernier nous l’avons revu…. aux pieds d’un « pêcheur » aux vifs, gisant dans la boue le regard vide… ce regard qui en disait tant… auparavant…

L’homme « chanceux » prétextera qu’il est un « Préleveur raisonné » et qu’il ne prélève que de temps en temps…

Il venait juste de tout ruiner ce crétin et c’est toute une partie de ma vie de pêcheur qui s’en allait dans son sac plastique pourri…

Mon cher Lee WULFF, je crois qu’une vie ne me suffira pas pour transmettre tes idées…

écrit par Joss'

La pêche ne peut être vraiment valorisée que si elle est pratiquée dans la difficulté, c'est une activité dépourvue de vérités mais sublimée de magnifiques histoires...

2 réponses à "Le Préleveur raisonné et le Muskynongé"

  1. Gui says:

    Quel poisson! Il a vraiment le corps d’un maski (je suis français et au québec depuis 5 ans) mais les couleurs d’un brochet! Vraiment spécial! ça aurait été interessant d’avoir l’avis d’un biologiste spécialisé dans les poissons, et notamment sur les esocidés, afin de savoir si vous n’aviez pas affaire à un embranchement spécifique de l’espèce… Quelle déception pour la fin de ce magnifique poisson… Par ailleurs, un préleveur raisonné garderait seulement des poissons de taille moyenne de temps en temps… pas un poisson de cette taille qui, en plus d’être un excellent reproducteur, aurait pu perpétuer ses caractéristiques génétiques si particulières. En plus, ces vieux poissons sont ceux qui ont accumulé le plus de toxines et d’éléments polluants dans leurs graisses, donc ce n’est pas vraiment le meilleur choix santé… Entre parenthèse, votre site est vraiment excellent! bravo!

    Répondre
  2. Jojo says:

    casinosonlinefacts.com : Online Casino Sites.

    Salut, une citation un photo de Bertrand. C enfin bref je me doutais que c’ était toi et que tu avais quelque chose de grave à partager.
    Pourtant l’ histoire sur plusieurs paragraphes commençait plus tôt bien tu as toujours les bons mots pour nous donner l’ envie de lire jusqu’ au bout ;)
    Je crois que ce poisson dans nos eaux a déjà eu énormément de mérite et de courage pour être arrivé a cette superbe taille, sa chance c’ est que la nature la épargné jusque maintenant et sans parlé de votre passage dans sa vie a toi ton ami… c’ est vraiment une histoire triste et j’ imagine vraiment votre peine car on fini par avoir de l’ affection pour ces poissons trophée quand on as la chance a plusieurs reprise de le recroiser c’ est évident que ce brochet n’ est pas commun j’ aurai préféré une fin comme tu nous l’ as déjà raconté … une fin de vie a lutté pour dire au revoir a sa rivière comme celui d’ il y as deux ans ;) c’ est tout aussi dure a accepter mais c’ est évidement tiré sa révérence d’ une manière plus digne qu’ elle triste fin pour ce super poisson qui a tant fait parlé de lui dans vos discussion ( je n’ en doute pas ) et c’ est mal heureux pour vous le petit pincement au coeur en arrivant sur cette zone n’ arrivera plus mis a part si ce grand pike a laissé ses gènes sur votre terrain de jeu ( chose évidente )
    C’ est un bien belle hommage que tu rend a ce poisson et c’ est vraiment triste de croiser une dernière fois son regard dans ces conditions c’ est sans toute le destin qui voulait vous donner cette dernière chance de lui dire au revoir plus tôt que de vous laissé l’ espoir de le revoir un jour.

    Merci Joss pour ce partage même si je me doute qu’ écrire ces dernières lignes n’ as pas du être chose facile ;) je ne préfère pas parler de ce pêcheur  » préleveur raisonné de trophée « 

    Répondre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© Copyright - Naturellement Pêche

Naturellement-Peche.info, le magazine de pêche en ligne 100% naturel, écrit par des pêcheurs pour les pêcheurs

Sitemap