A mi parcours

A mi parcours

Voilà bien longtemps que je lorgnais sur mon clavier, pendant tout ce temps, vide de toute envie de partage face au narcissisme croissant et maladif de beaucoup de pêcheurs français sur internet, j’ai effectué quelques sorties en compagnie de mes potes, ceux avec qui je partage finalement et intimement tout: émotions, déceptions, frustrations et jubilations.

Mais cette année, je dois bien avouer que pas mal de choses ont changé ou sont en cours de changement. Du coup, mes potes,  je ne les vois plus toujours quand je veux, plus autant que je voudrai et la pêche en solitaire a ses limites même si elle reste un exutoire, du coup je suis beaucoup moins sorti qu’habituellement.

Bec d’hiver, en solitaire, pour calmer la colère…

Mi parcours ? Pourquoi ? Car la saison de pêche au carnassier marque toujours un temps mort en période estivale pour reprendre de plus belle quand la fraîcheur des nuits automnales refroidie l’eau et rappelle à nos partenaires de jeux qu’il est temps de se préparer à quelques mois difficiles.

Cette première moitié de saison s’est montrée particulièrement difficile pour les passionnés de carnassiers, les crues printanières, qui ont durées plusieurs mois, et les températures particulièrement basses ont contribué indéniablement à ce manque de réussite. Il aura fallu s’adapter en conséquence et relever le défi d’une année pleine de suppositions et de doutes.

Cette photo a bien été prise en mai 2013, mais 10 minutes plus tard, on a pris cher…

Mai 2013

En ce début mai, nous avons donc dû nous mêler à la foule des grands lacs pour assister à la boucherie de l’ouverture bien loin de la tranquillité qui caractérise habituellement cette levée de rideaux. Certes, il aura fallu faire abstraction de voir des dizaines de partenaires de jeu, mourir devant nous en contemplant leur propre vessie natatoire mais cela nous reconnecte l’espace de quelques jours à la réalité de la pêche en France et fait disparaître nos doux rêves optimistes, enjolivés, polis et noyés dans nos idéaux pendant la trop longue période de fermeture.

Fin mai, la nature accuse toujours un grand retard, tout s’en retrouve chamboulé

Alors en signe pacifique de protestation, nous avons décidé, plutôt que de nous braquer dans notre bulle, de montrer l’exemple même si on a bien conscience que cela n’intéresse pas grand monde de nous imiter et qu’il est bien plus facile de tourner en dérision les valeurs du no kill et de « jouer » du prélèvement régulier avec une médiocre suffisance affichée.

Pour cette nouvelle année, nous avons donc tous pris la décision de nous équiper d’une épuisette de très grande taille pour effectuer le moins possible de manipulations sur les poissons que nous jugerons propice à être immortalisé d’un cliché, la maille brochet 2013 sera donc à 80 centimètres. Et je peux aujourd’hui affirmer, des dizaines de poissons plus tard, avec pleine certitude, que l’utilisation réfléchie (qui ne doit jamais sortir de l’eau) de l’épuisette réduit fortement la mortalité des poissons, d’autant plus sur les gros poissons. Alors si vous avez un joli bateau et même pas une foutue épuisette de taille respectable à bord….

Petit brochet de 70 centimètres qui repartira à l’eau sans avoir connu la sensation désagréable et stressante d’une main humaine

Nous aurons pris beaucoup de poissons en ce début d’année, mais beaucoup de poissons avoisinant les 70 centimètres, bien que nous avons essayé d’adapter nos techniques pour intéresser plus gros, il a fallu revoir tous nos cahiers avec des herbiers qui ne se développaient toujours pas… Toutefois, armés de nos gants et de nos bonnets, nous avons pris quelques poissons corrects dont cette femelle qui aura d’abord refusé mon leurre en surface mais qui finira par succomber quelques minutes plus tard et qui m’aura particulièrement touché pour des raisons personnelles.

La douce fraîcheur d’un bonheur matinal de mai…

Un bon moment partagé en toute amitié, c’est fébrile que je rends la liberté à ce poisson

La pêche de ce début de saison est assez exigeante en réalité et il ne faut pas hésiter à insister des heures durant, nous ferons bouger plusieurs poissons de belle taille avec un taux de réussite très faible. Les semaines de boulot s’enchaînent sous la pluviométrie exceptionnelle, la pêche en canal se révèle très dure, comme jamais. Pendant ce temps, les sandres, particulièrement actifs avec les eaux teintées et en pré-période de reproduction, en prennent pour leur grade. Incontestablement un des points noirs pour la pêche en France en 2013…

Quelques timides perches auront été un bon prétexte pour prendre l’air les soirs de semaine

Juin 2013

La chaudière carbure toujours à plein régime et nous sommes pourtant déjà début juin, le temps est toujours le même et paradoxalement pour un mois de juin, ce sont les moments d’éclaircies qui s’avèrent salvateurs. Nous continuons de prendre du poisson sur un bon rythme et toujours sur les mêmes techniques, mais les gros spécimens se font toujours désirer… et pendant ce temps là, on test l’étanchéité de nos combinaisons du matin au soir.

Cette photo a bien été prise en juin 2013

Et puis un samedi comme un autre, point enthousiasmé à l’idée d’aller à la pêche, Alexis me redonnera la motivation qui me manquait tant pour décoller de mon lit. Bien lui en a pris (et je le suis éternellement reconnaissant pour ça) car à la clé de cette session, nous aurons la chance de toucher un grand poisson français. Il y a des signes qui ne trompent pas.

Certains disent que ne pas révéler la taille d’un poisson est un signe de prétention…

D’autres disent que c’est un signe d’humilité…

Mais le plus important est bien ceci.

Je dois bien avouer qu’il m’a fallu un certain temps avant de redescendre sur terre après ce poisson, mes amis, les passionnés du brochet et moi savons la valeur qu’un poisson comme celui-ci représente alors qu’il pourrait presque rester anonyme dans le palmarès annuel d’un pêcheur de lacs alpins. Quand on connait la pression de pêche « tout kill » en France, ce poisson en est presque devenu un miracle… je lui souhaite une belle et longue fin de vie.

En cette fin juin, je me décide à  rendre visite à Jérôme et sa petite famille, je suis accueilli comme un roi, traité comme un prince et récompensé comme un sultan. Je remonterai chez moi avec un sourire niais que je mettrai quelques jours à effacer, il faut dire que la Nature et Jérôme m’auront bien gâté, toucher de tels poissons aux leurres en si peu de temps… Saint Pierre était avec moi sur ce coup là.

Par deux reprises je battrai mon record Fario, qui plus est au leurre…

Un seul et unique cliché pour cette dame qui me glissera des mains quelques secondes plus tard…

La pêche est tellement plus riche quand on la ponctue de rencontres, d’autant plus quand elles laissent en vous des traces indélébiles… Sharing and Feelings…

Juillet 2013

A peine sortis des températures hivernales, il faut déjà composer avec des températures supérieures aux normales saisonnières et pouvoir remballer vitesse grand V quand l’orage s’annonce, quelle année…

Le ciel ténébreux est toujours annonciateur de bien des surprises…

Les conditions exceptionnelles nous permettront tout de même de continuer à pêcher le brochet avec succès, ils semblent plus actifs qu’habituellement par ces températures.

Je toucherai un joli doublé de brochets « maillés « ce jour là…

Juillet 2013 marquera également un nouvel air dans ma courte vie de pêcheur puisque je décide de m’accorder un partenariat avec la marque Française Fiiish pour, à terme, aider au développement de leurres destinés aux espèces d’eau douce et plus particulièrement le brochet, un challenge à l’échelle humaine qu’il m’a semblé intéressant à relever. 

Une des nombreuses sorties « Fishless » sur les reliques de la Marne…

Perches, Glanes et Sandres… Le Black Minnow m’aura bluffé

 Août 2013

En ce mois d’Août, l’eau est à température idéale pour réaliser de jolis coup du soir et du matin. Les poppers et autres stickbaits sont à nouveau de sortie et nous faisons beaucoup de poissons en nous amusant. Et bien que la taille moyenne des prises soit anecdotique, il arrive de tomber sur bien plus costaud.

« Un leurre à Thon avalé tout rond »

Ce mois d’Août est également l’occasion de retrouver mon plus vieil ami Max, celui avec qui beaucoup de choses ont commencé. C’est dingue comment en si peu de temps il a pu devenir un si bon pêcheur, il m’impressionne et continue de m’impressionner de jour en jour, comme quoi bien écrire et savoir parler est bien dérisoire par rapport à la force et l’investissement d’un pur passionné. Mais il y a tellement de pêcheurs talentueux qui vivent cachés… leur silence, leur discrétion mais surtout leur réussite en deviennent même vexant pour ceux qui s’affichent bien trop souvent avec bien si peu… Les chiffres et statistiques ne les intéressent pas, eux ce sont les centimètres qu’ils cherchent. Ces mecs ont tout compris et me donnent d’ailleurs tort certaines fois de vouloir partager ma passion…

Que de bons souvenirs en sa compagnie, un énième bec de plus entre nous…

Mais Max avait secrètement un challenge, celui de prendre tous les carnassiers d’eau douce dignes de ce nom en France… Et c’est ce qu’on a fait, une après midi avec un joli doublé d’Aspes pris sur un autre fleuve Français que la Moselle, le Rhin ou la Loire. Et ce n’est jamais vraiment gagné d’avance là bas…

Un joli aspe pour le biotope mais on reviendra, car il y a bien plus gros !

Ce mois d’Août se termine ainsi, gentiment et calmement… Mais l’automne arrivera vite et s’annonce déjà plein d’incertitudes et de promesses.

Je vous souhaite à tous une bonne deuxième moitié de saison et je tiens à remercier mes amis, avec qui je partage ma passion et les moments à part qui la composent bien que je n’ai pas pris la peine de publier tous les poissons qu’ils m’auront fait sous le nez !

Sans vous, mes potos, ma passion ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui, ça c’est une certitude…

écrit par Joss'

La pêche ne peut être vraiment valorisée que si elle est pratiquée dans la difficulté, c'est une activité dépourvue de vérités mais sublimée de magnifiques histoires...

10 réponses à "A mi parcours"

  1. chamane51 says:

    « Nous devrions contempler le cycle des saisons
    qui revient immanquablement, éternellement,
    avec la même sérénité joyeuse qu’un enfant attendant l’arrivée de l’été.
    Comme le printemps reprend vie après tant d’années divines,
    nous devrions sortir pour admirer
    et embellir à nouveau notre Eden, sans jamais nous lasser. »
    Henry David Thoreau Journal, Le Paradis sur terre (6 janvier 1838).

    Répondre
  2. jerome says:

    Sans aucun doute une année bien particulière mais peut-être aussi l’une des meilleures ?… Merci pour ce partage parfois pas si futile que ça.

    Répondre
    • Joss says:

      Une des meilleures, pas forcément… cette année j’ai eu l’impression de débuter dans la pêche aux leurres tellement il a fallu nous adapter, mais au lieu de changer X fois de pattern, on sait ce qu’on a fait de bien et de mal, ce qu’on a maitrisé de ce qu’on a ignoré et ça y fait beaucoup pour le peu de temps de pêche disponible avec cette crue de près de 70 jours qui a changé la donne pour toute la saison dans le comportement des poissons…

      j’aurai préféré davantage partager tous ces pixels à coté d’un 20 ans d’âge ça c’est sûr !

      Répondre
  3. Jonathan says:

    Très sympa ce retour sur cette première moitié, et pas la plus facile, saison de pêche. Vu les poissons que tu auras tout de même réussi à leurrer, je ne me fais pas de soucis pour la pêche automnale !
    Au delà des centimètres qui peuvent ou non compter, je constate qu’à chaque sortie l’émotion semble toujours intacte et c’est ce qui est plaisant à lire.

    Répondre
    • Joss says:

      tu as pu le constater toi même jo, quand je suis à la pêche je redeviens un gamin, je m’émerveille de tout et je n’arrive pas à le cacher, c’est la passion qui me fait avancer dans la vie.

      Répondre
  4. Jojo says:

    Salut,

    Merci pour ce petit report de mi-saison ;)
    C’ est toujours agréable à lire et toujours très bien imagé, ce qui fait quand général j’ arrive a tout lire lol effectivement une saison très retardée et relativement compliqué niveau pêche d’ après les échos ( pas ceux du sondeur ) personnellement cette année je n’ ai pas eu la chance pêcher et constater ça de mes yeux, boulot et nouvelle achat immo ont fait que j’ ai pu tremper le bateau :( enfin j’ espère sortir un peu cette hivers. Je ne pense pas que l’ on aura la chance de se croiser sur l’ eau en 2013 tempi ce sera pour 2014 si l’ occasion se présente ;) en attendant je te souhaite une grosse M… pour la suite et bonne continuation.

    @+ Jojo

    Répondre
    • Joss says:

      Il y a des années comme ça en effet, on prévoit beaucoup de choses et rien ne se passe comme prévu… Moi c’est la naissance de ma fille qui a bouleversé mon début de saison automnale, il va falloir jouer des coudes pour espérer un nouveau grand poisson, le compte à rebours est lancé.

      Bonne M…
      ;)

      Répondre
      • Jojo says:

        Et bien voilà une super nouvelle désolé je ne savais pas ;) toute mes félicitations au papa et a la maman et bien sure bienvenue dans ce monde de fou à votre p’tite fille :) je vous souhaite plein de bonheur pour la suite et c’ est évident ça change une vie ;) moi Tom me boude de ne pas l’ avoir emmener souvent a la pêche cette année ;) pas facile la vie hihi

        @+ et bon courage pour les nuits hihi

        Répondre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© Copyright - Naturellement Pêche

Naturellement-Peche.info, le magazine de pêche en ligne 100% naturel, écrit par des pêcheurs pour les pêcheurs

Sitemap