Début de saison

Début de saison

Le mois de mars passant très vite, voici un petit retour sur quelques unes de mes sessions à la recherche de Dame Truite.

C’est tous les ans un vrai plaisir de retrouver le bord de la rivière en ce début mars. Les conditions sont parfois aléatoires et cela rajoute de la difficulté. Mais à force d’arpenter ses rivières, on peut finir par connaitre des secteurs qui sont plus productifs que d’autres.

Mon ouverture était vraiment banale et malgré que je m’étais juré de ne jamais y retourner, j’ai fait une ouverture citadine… Finalement on se fait vieux et les responsabilités parentales qui nous tombent dessus, nous empêchent de nous lever tôt ! (Ne nous inquiétons pas trop vite, le mois de mai et ses beaux jours nous feront nous lever aux aurores…)

Matin de mars dans la capitale du Haut Doubs

Biensûr, je cherchai avant tout à retrouver mes marques et quelques moments au bord de l’eau. Le poisson étant secondaire, je parvins par hasard (entre quelques truites lâchées) à toucher un poisson sauvage au deuxième jour.

Première sauvage de l’année

Un petit signe d’espoir qui, je l’espère, en appellera d’autres dans le courant de la saison !

Malheureusement, la météo se dégradait et encore un énième retour de l’hiver nous amenait de la neige, la fameuse bise et des températures négatives. Néanmoins, une sortie allait me réserver une jolie surprise… Au détour d’un rocher, un mélange d’ancienneté et de nouveauté me permit de toucher un poisson fabuleux !

En effet, cette année j’ai acheté à un ami une canne pour pêcher au vairon mort manié. J’ai bien du mal parfois à sacrifier ces petites bêtes (vous me direz que pour le ver de terre c’est pareil…) et comme il est dur d’en trouver qui ne soient pas cachés sous les pierres, je ne me vois vraiment pas aller en acheter. Bref, revenons en à la dite canne. Une vraie canne de la vieille école : 3m, Sert Agilia pour tout vous dire.

Après plusieurs montages de leurres souples sur hameçons texans, je tentai quand même l’aventure avec cette grande canne pour changer un peu de mes sorties au ver, à la teigne ou encore aux poissons nageurs… Et par là même, d’épargner quelques petits vairons…

« Drop shot minnow » de Berkley en 3″ et sa garniture Texane

Challenge pour moi qui n’ait jamais pêché la truite aux LS ! J’en profitai aussi pour armer quelques imitations de chabot ou « chavot » comme dirait Fred qui ,depuis quelques années déjà, sévit dans la vallée de la Loue avec ce leurre d’un réalisme incroyable.

Chabot (Jewel sculpin hypertail 3″) assaisonné à la méthode texane

Armé de ces deux bestioles, je commençai alors mes dérives. A trop lancer amont, je réussis à en coincer quelques uns sous les pierres… Le 16/100ème ne pardonne pas ! Cela me fit comprendre le positionnement que je devais adopter pour réussir de belles dérives. Une fois assimilé, quel plaisir ! Avec un tel matériel, on se retrouve à mi-chemin de la pêche aux leurres et du toc.

Et donc là où je pensais bien qu’une belle devait se terrer : une touche subtile et un ferrage par hasard… Un ferrage sur anomalie !

Une belle robe pour une belle truite !

Je pense qu’entre elle et moi, nous aurions pu nous disputer le titre de celui qui avait le plus froid ! Un poisson surprise qui s’est décroché dans l’épuisette… Il était en effet piqué aux bords des lèvres avec cet hameçon texan dont j’avais pris soin d’écraser l’ardillon.

Deuxième poisson sauvage et déjà un joli souvenir pour cette saison 2013

Quelques photos et retour dans son élément pour un poisson typique de la rivière.

C’est un peu un cadeau de la rivière un tel poisson. Je me demande encore pourquoi j’ai ferré et qu’est ce qui m’a fait ferrer ? Parfois j’ai l’impression de n’y être pour pas grand chose dans la capture de certains beaux poissons, un coup de chance ou le fruit du hasard…

Pas le temps de tergiverser, quelques jours plus tard me voici à pied d’oeuvre sur une autre rivière. Je suis accompagné d’un ami qui pêchera aux poissons nageurs et moi… aux leurres souples ! Ça y est, je suis contaminé ! Avec ma grande canne, on dirait un « saumonier » … Premier poste, Greg harcèle la zone avec son PN bien bruyant. Je vais me contenter de passer derrière lui avec ces dérives presque parallèles. L’avantage du lieu, c’est que l’on peigne un radier avec peu ou pas d’obstacle au fond. Je sens la chevrotine du montage gratter le fond et j’anime légèrement de quelques coups de scion pour décoller le leurre.

Au bout de plusieurs dérives vers un poste qui m’attire plus que les autres : arrêt. Mince… Je ne pensais pas qu’il y avait une branche ici ! Tout se passe très vite, cette fois je suis pleinement conscient. Je me revois réfléchir et dans le doute… Ferrage. Damned ! Cette fois je suis bien « tanké » ! (Pour nos amis linguistes, on dit tanké ou tanqué ??) Au bout de quelques minutes, l’origine du « tankage » se transforme… en tank.

Monsieur le tank pris sur le vif

Un joli Monsieur qui approche les 60cm. Quel poisson massif ! Le drop shot minnow est piqué aux coins des lèvres. Sans ardillon, c’est un vrai plaisir de le décrocher en une fraction de seconde…

On change de robe mais je suis toujours aussi émerveillé !

Un moment de pêche fort agréable mais le retour à la réalité est parfois déroutant. Les bredouilles qui s’en suivent sont… marquantes. Je décide alors de chercher dans mon chapeau une éventuelle carte qui me permettrait de vivre encore un petit moment de magie au bord de l’eau. Je repense alors à ce que j’ai dit à D’jo via sms : « J’ai encore deux ruisseaux à visiter… ». Direction Dieu sait où, mon petit paradis…

Mon petit trésor

Loin de toute civilisation et après quelques temps de marche, il est là. Que j’aime cet endroit ou tout devient plus calme ! Cette fois encore, j’ai beau chercher, pas de trace de pas. Me voilà au milieu de nulle part, seules les traces du lynx et celles de quelques chamois viennent marquer ce que certains appellent « le livre des ânes »…

La neige perdure en cette fin mars

La technique du jour sera le toc. Un toc rustique où il suffit de poser le ver devant les éventuelles caches de ces dames. Les dérives, s’il y en a, se font sur de courtes distances.

J’arrive au moment où le soleil fait un retour fracassant et perce la couche nuageuse… Il n’en faut pas plus pour réveiller ces belles ! Je vais toucher un nombre honorable de poissons mais surtout j’observe trois tailles. On pourrait presque deviner l’âge de chaque poisson. Certaines ne font que 5/8cm, d’autres un peu plus autour de 15cm et quelques unes dépassent les 20cm.

La robe typique du lieu

Dans les 23cm pour cette Dame

Plus petite et toujours hameçon sans ardillon…

Quelques postes en photo…

Une berge creuse recelant quelques joyaux

Sur la photo suivante, je vais voir sortir un éclair noir qui se décrochera bien vite ! Zut !! Elle était noir charbon !!! Grrr… Allez je me reconcentre et je harcèle la zone. C’est trop tentant un ver dans cette eau claire, elle va bien finir par ressortir…

Double souche pour duo de noiraude

Effectivement, après une dizaine de coulées supplémentaires, une deuxième noiraude ressort. Cela ne semble pas être la même, vite l’épuisette !

Un mimétisme et une maigreur incroyables !

On reconnait la robe mais en version « dark »… Et puis au bout de plusieurs postes, il me semble que le soleil, tout comme les truites, commencent à se cacher. Mon épuisette ou plutôt son point d’accroche vient de céder. Il me reste une pierre à visiter, je décide donc de la laisser sur la berge. Je repasserai la prendre plus tard… C’est après coup que je compris ! La fameuse malédiction de l’épuisette était de retour !! Combien de fois ne l’ai-je pas oubliée pile le jour où un beau poisson était de sortie…

Dans le feu de l’action, je n’y ai pas fait attention. Mais en arrivant devant cette cache, je repense à ces dames que nous avions fait bouger l’année dernière avec Fred. Entre deux roches, une petite veine d’eau crée un subtile et tout petit contre courant. A peine ai-je posé le ver qu’une autre fusée noire en jaillit…

Le poste du monstre

Celle-là je ne dois pas la rater ! Je ferre et réalise l’absence de mon épuisette chérie !! Après un âpre combat par le monstre des lieux, je parviens à la calmer pour une petite photo avant relâche…

28cm et mon nouveau record sur ce ru

Ce sont des moments forts à vivre ! On a l’impression d’être le roi du monde lorsque l’on pêche un endroit abandonné. Je suis bien content de les éduquer ces petites, elles n’en seront que plus dures à leurrer la prochaine fois…

Au final, j’ai connu pire comme début de saison. Le seul problème c’est de conserver ce rythme et ça ce n’est pas gagné !! Je préfère parfois que la grosse truite se fasse désirer, quand on l’attrape trop vite… Ce n’est pas toujours bon signe. Qu’importe, j’ai plein de projets dans la tête, des plans carnassiers, des ruisseaux inexplorés, des techniques « rustiques » à ressusciter… La saison 2013 ne fait que commencer.

écrit par Romain

Pratiquant en Franche Comté, c'est la truite qui m'a mis le pied à l'étrier. Je reste un mordu de Dame Fario mais apprécie énormément la pêche de tous les carnassiers avec une préférence pour les percidés. J'aime également me frotter aux poissons blancs à l'anglaise ou aux leurres.

Articles similaires :

5 réponses à "Début de saison"

  1. Droseasky
    Droseasky says:

    Chouette ouverture et variée je compte au moins 4 spots et trous très différents… Quelle polyvalence! bravo et merci pour le partage

    Répondre
  2. Jonathan says:

    Elles sont magnifiques, avec de belles robes très différentes.
    Celle faite au Chabot artificiel est vraiment superbe.
    L’idée de pêcher la truite au LS n’est pas pour me déplaire ;)

    Répondre
  3. Romain says:

    Superbe article avec de très belles prises et photos…. Merci pour ce moment de bonheur :)

    Répondre
  4. PSK90 says:

    Bonjour Romain,
    Tout d’abord félicitation pour ton honorable moi de mars.
    Je suis ravis de voir des truites de mon pays natal,ou je n’ai eu malheureusement la chance de les pêcher.
    j’espère pouvoir aborder une de ces rivière en 2013.
    ton ruisseaux est ses habitantes sont vraiment magnifique.
    merci du partage.

    Répondre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© Copyright - Naturellement Pêche

Naturellement-Peche.info, le magazine de pêche en ligne 100% naturel, écrit par des pêcheurs pour les pêcheurs

Sitemap