Comme un pêcheur de truite en hiver

Comme un pêcheur de truite en hiver

Aujourd’hui, 21 décembre 2012, nous sommes à la fin d’un cycle et au début d’un autre.

C’est le solstice d’hiver. Jour le le plus court de l’année et nuit la plus longue.

Dans nos civilisations agraires, à l’époque où les saisons et la nature rythmaient encore nos vies, ce jour de solstice était l’occasion de grandes fêtes. Mais de nos jours, en cette période où nous sommes surtout préoccupés par le dernier Ipad rétina ou le nouveau catalogue 2013 de la marque machin, qui se fout encore de l’importance de cette boule de gaz qui éclaire nos jours, rythme nos nuits et nos saisons ?

Mouvement de la terre autour du soleil

Mouvement de la terre autour du soleil

Ce premier jour de l’hiver pourrait nous faire croire que nous rentrons pleinement dans la triste période du froid et de la nuit. Mais à partir de demain, quand on y réfléchis un peu, les jours commencent à rallonger, c’est la fête du soleil renaissant. On célèbre la victoire de la lumière sur les ténèbres ! ( Évidemment sauf évènement contraire du type cataclysme apocalyptique, rendant la question de cycle obsolète… )

Avant de se réjouir de ce joyeux Noël solaire, il aura fallu tout au long de l’automne, telle les feuilles mortes tombant des arbres, se détacher progressivement du superficiel, de tout ce qui nous a encombré cette saison, faire le tri de ce qu’on a moissonné…

Il aura finalement fallu apprendre à lâcher prise.

Lâcher-prise :
Laisser aller ce qu’on tenait avec force; Cesser une poursuite, une dispute, un combat, etc…

Pour les chamans, le froid de l’hiver apporte la sagesse des réflexions, la maturité de l’intégration des acquis. C’est le moment des compréhensions obtenues lors de la quêtes des connaissances. Les énergies de l’hiver sont relativement lentes et lourdes et incitent à la pacification mentale, à la méditation, au regard porté sur la résignation, sur le doute et le désespoir. Apprendre à se détacher est essentiel. Être attaché réduit par définition la liberté, donc l’épanouissement. L’attachement est source de souffrance.

Apprendre à se détacher est essentiel

Apprendre à se détacher est essentiel

C’est peut-être pour ça que j’aime tellement pêcher la truite, car cette pêche est calquée sur le rythme des saison, c’est l’hiver de la résignation et les beaux jours de l’insouciance, la pêche de l’espoir et de l’abondance. On passe une saison les pieds dans l’eau à se sentir presque immortel, pendant des coups du soir qui n’en finissent pas. Pour moi partir pêcher la truite, c’est partir avec le minimum, 3 leurres dans la poche et un lancer tellement léger qu’il se fait oublier – Less is More - C’est le bonheur des eaux vives, de la fraicheur et de la jeunesse éternelle où le corps dépouillé d’artifices exulte.

« Le temps n’est que le ruisseau dans lequel je vais pêchant. J’y bois ; mais tout en buvant j’en vois le fond de sable et découvre le peu de profondeur. Son faible courant passe, mais l’éternité demeure. » Henri David Thoreau – Walden ou la vie dans les bois.

Quand je suis dans mon ruisseau que je drague des mêmes gestes répétés, je suis comme un chaman maladroit qui recherche la transe, et chaque rencontre avec l’une des habitantes des lieux me fait frémir. À chaque fois j’ai ce frisson d’éternité qui ne dure qu’un instant. Quand je tiens au creux de ma main cette truite tant convoitée, j’ai le sentiment de tenir un fragment de fraicheur pure, ma fontaine de jouvence incarnée, La Source retrouvée ! Mais l’eau appelle l’eau et la magie ne peut durer que dans le libre court des choses. Vouloir la posséder est illusoire, c’est une quête renouvelée en permanence.

Un fragment d'éternité

Un fragment d’éternité

L'eau plus que n'importe quel autre élément, a le pouvoir de faire voyager le pêcheur chaman.  La Source est partout.

L’eau plus que n’importe quel autre élément, a le pouvoir de faire voyager le pêcheur chaman.
La Source est partout.

Quand vient Septembre, équinoxe rime avec paradoxe. Ce sont probablement les meilleures jours pour un pêcheur à l’ultra léger et j’ai souvenir de quelques sessions qui restent pour moi les meilleures offrandes que pouvait faire la nature au pêcheur de truite que je suis. Mais même si on tente de la tromper, la belle saison qui s’en est allée se ressent déjà et le soleil de Septembre prend une teinte mélancolique.

Soleil de Septembre

Soleil de Septembre

Certains auront droit à quelques prolongations ( parfois abusives ) en grandes rivières ou en ruisseau de seconde catégorie. D’autres comme moi tenterons même de tromper leur résignation avec d’autres poissons sur des eaux closes, froides et profondes.

Mais cette année j’ai cédé avec bonheur à un complet lâcher-prise…

Joyeux Noël, joyeuse fête de Yule !

 

écrit par Jérôme

Passionné d'eaux vives et de salmonidés, j'aime particulièrement pêcher les ruisseaux à l'ultra-léger. De temps à autres je recherche les carnassiers, du bord, en lac ou petite rivière...

Articles similaires :

5 réponses à "Comme un pêcheur de truite en hiver"

  1. Hibernatus says:

    Tes écrits sont comme le bon vin mon cher ami, plus je vieillis avec eux et plus je les savourent…

    Bénis soient ces jours d’hiver où l’électricité ne fonctionne plus rappelant aux bipèdes que l’hiver se conjugue avec rigueur…

    Hibernatus

    Répondre
  2. Jerome says:

    Merci mon « vieux » Joss. L’Hiver, comme toute saison a ses charmes et difficultés. J’aime toutes les saisons, j’aime leur mouvement.
    Que la lumière soit avec toi.

    Répondre
  3. francis says:

    joli site que je decouvre par hasard jerome bien le reportage .par contre ta photo si c est une clope au bec pas terrible tu fais quoi de ton megot par terre et dans la riviere ou dans ta poche.j ai des deszcendances bourguignonnes ma famille habite la vallée de l ouche au bord du canal .j ai commence il y ç 50 ans à pecher et sans arreter .bonnes saisons de peche nous avont de belle crue cet hiver .venez dans mon depatemen l aube sur nos lacs tres gros carnassiers.site aappma des lacs d orient cordialement

    Répondre
    • Jérôme says:

      Tout d’abord jai arrêté de fumer depuis plusieurs mois. J’ai laissé derrière moi pas mal de mégots, surtout en ville. J’essaye de vivre avec ça comme je peux. J’en ai aussi gardé beaucoup dans mes poches même si ça pue. Et j’ai surtout utilisé beaucoup de filtres biodégradables… Pour votre vigilance sur le sujet, c’est certain, la planète vous dis merci.

      Répondre
  4. francis says:

    merci de ta reponse et prendre soin de ta santée .nous avons besoin de tes reportages au fait la video avec la grosse truite comment le nom de la musique.tu es de quelle région si bourgogne dequelle coté morvan dijon
    bonnes saisons 2013 nous avons de belles crues pour les rivieres

    Répondre

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© Copyright - Naturellement Pêche

Naturellement-Peche.info, le magazine de pêche en ligne 100% naturel, écrit par des pêcheurs pour les pêcheurs

Sitemap